Stock épuisé.
RUPTURE DE STOCK
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

Chronique de Monsieur Thé du mois Avril

Paris, le 1er avril 2007


Election Présidentielle


Vous vous poserez certainement la question du rapport entre le thé et les élections présidentielles.
A quelques semaines du 1er tour, il est intéressant de faire ce parallèle.

Comme je vous l'ai déjà dit, je suis vieux, très vieux. J'ai traversé le temps, les siècles. J'ai marqué de mon empreinte votre histoire.
Je me suis également battu contre les idées reçues à mon sujet, mais surtout envers mon ami de longue date et mon plus grand ennemi : le Café.
Duel sans pitié.
Café, boisson des hommes ? Et moi, juste pot d'eau chaude, accompagnant les femmes dans leurs discussions écervelées ?
Cela est vrai, les femmes m'apprécient, se délectent de moi.
Coquettes et superficielles, peut-être le sont-elles ; mais toujours est-il qu'à travers le temps, elles ont manœuvré les plus grands dans les coulisses. Elles ont su être à la source d'importantes décisions. S'imposer dans un monde bien trop souvent masculin. Dois-je vous rappeler Georges Sand, Marie-Antoinette, Sarah Bernhardt, Elisabeth I ou encore Simone Veil? Elles ont marqué l'Histoire et la mienne par la même occasion.  

Je suis l'essence même du raffinement et de l'élégance.  

Aujourd'hui que l'on demande aux hommes de faire ressortir leur côté féminin, ils se tournent invariablement vers moi.

Levé de rideau.

Prenons Napoléon I.
Oui, oui, je vous parle bien de Bonaparte. Celui-là même à qui l'on doit les bases de la modernisation française : médicales, industrielles, le code napoléon (base de la constitution française) mais aussi la traite des noirs. Celui qui a amené la France à une gloire et une reconnaissance européenne, mondiale, mais aussi aux plus grandes pertes d'hommes, dans sa conquête effrénée de l'Europe. Et oui cet homme, certes sanguinaire, petit de taille mais très amitieux, buvait du thé : le Lapsong Souchong.
Thé noir, fort, et fumé.
Semblable à son caractère.
Je me permets et peut-être ne devrais-je pas, le comparer à notre candidat, Nicolas Sarkozy. Plus que la ressemblance physique, il crée, comme lui, la polémique autours de sa personne.

A l'inverse, nous avons des femmes.  

Début du XXème siècle au Canada. Elles portent le nom non équivoque de « Pink Teas » (elles portaient toutes des vêtements roses). Leur combat ? Celui de leur reconnaissance et de leurs droits comme le vote.
Cinq d'entre elles obtinrent gain de cause le 18 octobre 1929. On peut d'ailleurs observer une sculpture de Barbara Peterson, leur rendant hommage, devant le parlement d'Ottawa, où elles y prennent le thé pour l'éternité.
Je me permets de comparer ces suffragettes « main de fer dans un gant de velours », à la candidate Ségolène Royal. Femme qui a su graviter dans les hautes sphères politiques : plusieurs fois ministre  et s'imposer au sein d'un des plus grands parti français : le P.S.
Femme qui s'est battue dans le sillon de Simone Veil, pour la distribution gratuite de la pilule du lendemain, dans les lycées, entrent autres choses.
On peut aisément imaginer, que les thés fleuris lui conviennent à merveille et tout particulièrement le thé à la rose.

Pour parler des autres candidats, que puis-je dire sur eux ?
Pour celui qui ne rêve que d'une France française, il me semble qui lui sera difficile, voir même impossible, de découvrir un thé français. Sans citer de nom, il me semble que dans ce bref portrait, vous reconnaîtrez, Le Pen ; candidat d'extrême droite.
Pour ce qui est des familles politique, à l'heure où l'environnement est dans toutes les têtes, mais surtout le plan de bataille de ces élections, que pouvons-nous dire sur les Verts ? Me permettrez-vous cette pensée assez facile de croire qu'ils ne jurent que par le thé vert ?
 
Et Moi, qui suis-je donc ?
Un vulgaire thé à la figue, sans candidat pour me défendre ?
Je porte le nom des Demoiselles d'Avignon. Encore un thé dédié à la femme.
Vulgaire ? Je suis bu par la moitié de la population chinoise. Thé de caractère, la figue se targue  d'adoucir mon nectar.
Alors voilà, comme dans les talk show à la française, où l'on vote pour tout et n'importe quoi : le meilleur colocataire, le meilleur chanteur, la femme la plus sexy, et j'en passe.
Parce qu'il est dans l'air du temps de se diriger vers les urnes, je n'aurai qu'un seul mot d'ordre :

VOTEZ POUR MOI !

En vous remerciant par avance.

La Ballade en Avignon.
Connu aussi sous le nom des demoiselles d'Avignon.