Stock épuisé.
RUPTURE DE STOCK
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

Chronique de Monsieur Thé

                                                                                Paris le 1er mars 2008


Du thé au Thé.

Je me présente. On me prête différents noms. En France vous m'appelez Thé.
Si je me permets de prendre la plume aujourd'hui, c'est pour que vous appreniez à mieux me connaître.
Je suis né en 2737 avant notre ère. Beaucoup de légendes circulent à mon sujet, mais avant tout j'ai accompagné les plus grands. Tout d'abords en Chine avec la dynastie des Tangs (618-907), puis les Songs (960-1279) et enfin les Mings (1368-1644). C'est au Japon avec Sen No Rykyn, que je connais ma première grande cérémonie en tant que boisson noble.

Ma première apparition en Europe se fait au 17ème siècle : la Hollande puis l'Angleterre. C'est durant le mariage du roi Charles II  avec Catherine de Bragance que je fais mon entrée au sein de la cour anglaise.
Aujourd'hui connu dans le monde entier mes racines restent cependant asiatiques pour la majorité, mais peuvent aussi être africaines, sud -américaines, iraniennes voir même géorgiennes.

Après ce petit intermède historique, je me permettrai de vous faire quelques remontrances.
Alors voilà.
Que n'ai-je pas encore entendu dire à mon sujet? Eau chaude, boisson fadasse, pisse d'âne, boisson de vieux ou pour malade.
A tous ces noms d'oiseaux je dis Stop.
Et aux récalcitrants vous invite à me découvrir. 
 
De tout temps les plus grands écrivains me consacrent des odes, poèmes et autres jeux de mots. Pour cette première rencontre je vous citerais quelques strophes de Théodore de Banville ami de C. Baudelaire :

« Miss Ellen, versez moi le Thé
Dans la belle tasse chinoise
Où des poissons d'or cherchent noise
Au monstre rose épouvanté.

J'aime la folle cruauté
Des chimères qu'on apprivoise :
Miss Ellen, versez-moi le Thé
Dans la belle tasse chinoise.

Là, sous un ciel rouge irrité
Une dame fière et sournoise
Montre en ses longs yeux turquoise
L'extase et la naïveté :


Mis
s Ellen, versez-moi le Thé. »

Ce premier courrier épistolaire s'arr
ête là, cependant je suis à votre entière disposition pour répondre à toute vos questions à mon sujet. A bientôt.

                                                                 Le Thé au citron.